Chariot de moteur de canon T53 90mm

Chariot de moteur de canon T53 90mm

Chariot de moteur de canon T53 90mm

Le T53 90mm Gun Motor Carriage était une conception pour un chasseur de chars combiné et un canon antiaérien automoteur qui a été rejeté après d'importants travaux de développement.

L'idée d'utiliser le canon anti-aérien américain de 90 mm dans le rôle antichar a été au moins en partie inspirée par l'utilisation réussie par les Allemands de leur célèbre canon de 88 mm dans ce rôle.

À l'été 1942, une proposition a été avancée pour monter un canon de 90 mm sur le châssis d'un char moyen M4. Cette conception a conservé la disposition de base du M4, avec le moteur à l'arrière, le conducteur à l'avant et le canon au milieu. L'idée a été approuvée par l'Ordnance Committee en juillet 1942, avec la désignation 90mm Gun Motor Carriage T53.

Le pilote M4 a été construit par Chrysler. Il a été construit autour d'un M4A4, une version légèrement plus longue du M4 propulsée par un moteur Chrysler multibanque. Le pilote a abandonné la configuration d'origine et a plutôt adopté une approche un peu plus complexe. Le moteur multibanc a été retiré et le canon a été monté à l'arrière. Le moteur radial Continental R975 refroidi par air utilisé dans les M4 et M4A1 était monté au centre du véhicule. L'arbre d'entraînement de ce moteur était toujours assez haut dans le véhicule, et déplacer le moteur vers l'avant signifiait que l'arbre d'entraînement devait tomber à un angle raide. En conséquence, la transmission et l'entraînement final dans le nez ont dû être inclinés vers le haut pour correspondre, et une pièce supplémentaire de plaque de blindage installée pour couvrir l'espace que cela a créé dans le nez du véhicule.

L'arme était transportée sur un support M1A1 à l'arrière du véhicule. Il était en partie protégé lorsqu'il n'était pas utilisé par des parois latérales et arrière qui se repliaient au niveau de la ligne de sponson pour former une plate-forme de tir.

Le pilote T53 est allé à l'Aberdeen Proving Ground en août 1942. Il n'a pas bien fonctionné lors des tests. Dans le rôle anti-aérien, il n'était pas assez stable pour être utilisé contre des cibles à haute altitude. Dans le rôle de chasseur de chars, le canon était trop éloigné du centre de gravité, affectant à nouveau la stabilité du véhicule. Le canon était difficile à traverser ou à élever lorsque le véhicule était sur une pente. Le Tank Destroyer Board de Camp Hood a ensuite testé le T53 et a également trouvé de nombreux défauts, notamment le manque de blindage, une silhouette haute, une mobilité réduite et un espace de stockage de munitions limité. Le Conseil d'administration est allé jusqu'à recommander que l'idée d'une combinaison AA et chasseur de chars soit annulée.

Malgré ces défauts, les travaux se sont poursuivis sur le T53. Le 27 octobre 1942, la version modifiée a été désignée sous le nom d'affût de canon de 90 mm T53E1, et la production de 500 a été autorisée, avec un potentiel de 3 500 autres.

Le T53E1 était significativement différent du T53. Le moteur et le canon ont été échangés, de sorte que le moteur est revenu à sa position normale à l'arrière et le canon a été monté sur une plate-forme au centre du véhicule. Des stabilisateurs ont été fixés aux bogies avant et arrière de chaque côté pour améliorer la stabilité lors du tir. La plate-forme de tir était formée de deux plaques blindées articulées d'un demi-pouce, montées de chaque côté du canon. Lors du déplacement, ceux-ci seraient en position haute pour fournir une certaine protection, et lorsque le canon était utilisé, ils seraient abaissés pour élargir la plate-forme de combat.

La protection de l'équipage du canon a été améliorée en ajoutant un bouclier de canon. Sur le premier pilote T53E1, celui-ci était constitué de tôles plates de 0,5 pouce de blindage, boulonnées ensemble pour former une boîte qui protégeait l'avant, les côtés et le haut de la position du canon. Cela n'a pas bien fonctionné lors des tests car les boulons avaient tendance à sortir, et le deuxième pilote a donc reçu un bouclier composé de deux feuilles semi-circulaires, une de chaque côté du canon, mais avec un dessus ouvert.

Le deuxième pilote du T53E1 s'est rendu au Conseil de l'artillerie antiaérienne de Camp Davis pour des tests, mais malgré les changements, il n'a pas bien fonctionné. Le véhicule ne transportait pas assez de munitions et sa silhouette haute le rendait potentiellement vulnérable aux attaques. Le Board a recommandé l'annulation du programme, et comme le Tank Destroyer Board n'était plus intéressé, le projet a été annulé le 25 mai 1944.

Le T53 a été développé aux côtés du T71 90mm Gun Motor Carriage, qui est entré en développement en octobre 1942. Ce fut une conception plus réussie et est entré en service sous le nom de M36 90mm Gun Motor Carriage, le plus puissant chasseur de chars américain de la Seconde Guerre mondiale.


Le 120 mm T53

Vous avez probablement entendu parler du char lourd expérimental américain T34 quelque part, peut-être dans World of Tanks, War Thunder ou Wikipedia. Il est décrit comme ayant une excellente pénétration à environ 247 mm à 100 m, ce qui est un exploit par rapport au canon allemand de 8,8 cm KwK 43 armé sur le Tiger II. Mais saviez-vous qu'il pouvait faire plus que cela ?


Contenu

Avec l'avènement des blindés allemands lourds tels que le Panther et le Tiger, le chasseur de chars américain standard, le 3 pouces Gun Motor Carriage M10, devenait rapidement obsolète, car son armement principal, le canon 3 pouces M7, avait du mal à engager ces nouveaux chars après 500 mètres. Cela était prévu, cependant, et en septembre 1942, les ingénieurs américains avaient commencé à concevoir un nouveau chasseur de chars armé du canon M3 de 90 mm. C'était plusieurs mois avant qu'une unité alliée occidentale ne rencontre un Tigre au combat, car la Première armée britannique en Tunisie était la première unité alliée occidentale à rencontrer le Tigre I avant la bataille du col de Kasserine au début de 1943, et bien plus d'un an avant qu'une unité américaine ne rencontre un Panther au combat.

Le premier prototype M36 a été achevé en mars 1943, avec une nouvelle tourelle fixant le canon M3 de 90 & 160 mm sur un châssis M10 standard. Après essais, une commande de 500 a été émise. Le prototype a été désigné Chariot de moteur d'arme à feu T71 lors de la normalisation, la désignation a été changée en 90 & 160mm Gun Motor Carriage M36 en juin 1944.

Comme tous les chasseurs de chars américains, la tourelle était ouverte pour gagner du poids et offrir une meilleure observation. Après-guerre, un kit de toit blindé pliable a été développé pour fournir une certaine protection contre les fragments d'obus, comme avec le M10. Le M36 avait une grande agitation à l'arrière de sa tourelle qui fournissait un contrepoids pour le canon principal. Onze cartouches supplémentaires étaient stockées à l'intérieur du contrepoids.


Chariot à moteur M10 Gun (Wolverine / Achille)

Rédigé par : Rédacteur en chef | Dernière édition : 21/03/2021 | Contenu &copiewww.MilitaryFactory.com | Le texte suivant est exclusif à ce site.

Lorsque l'armée des États-Unis a couplé avec succès le châssis du M4 Sherman à l'obusier de campagne de 105 mm pour créer le nouveau véhicule d'artillerie automoteur M7 Priest, une idée similaire a été donnée en concevant un chasseur de chars dédié. Le M4 Sherman a formé l'armure de base des actions de chars britanniques et américains une fois qu'il a été introduit et combattu depuis les déserts d'Afrique à travers les collines d'Europe et à travers l'immensité du Pacifique. Sa portée était telle que des milliers et des milliers ont été produits et le châssis a servi à faire avancer d'autres conceptions requises sur le champ de bataille. Les autorités américaines ont ensuite demandé un chasseur de chars dédié basé sur le châssis adaptable de la légendaire série M4 Sherman avec l'intention qu'il soit déployé avec des forces antichars pour engager à distance des pans de blindage ennemi entrant. Cela libérerait les chars de combat pour aller de l'avant et conquérir aux côtés de l'infanterie tandis que les détachements antichars pourraient directement engager la riposte ennemie ou contrer toute rupture de la ligne de front. En tant que tel, le nouveau chasseur de chars devrait être mobile et très bien armé pour le rôle. La protection blindée passerait au second plan compte tenu du rôle de réserve que les Américains envisageaient pour leurs forces de chasseurs de chars. Le développement du nouveau système d'armes a commencé en 1942.

Le modèle M4A2 Sherman a donc été sélectionné pour le processus de conversion. Le processus serait géré par la Fisher Body Company et les évaluations étaient dirigées par le US Tank Destroyer Board. Une tourelle arrondie à toit ouvert - initialement développée pour le char lourd T1/M6 abandonné - a été installée sur le corps d'un Sherman M4A2 et un canon M7 de 3 pouces (76,2 mm) a été fixé comme armement principal. L'utilisation d'une tourelle permettait une traversée à 360 ° sans entrave et l'engagement des ennemis sous presque tous les angles d'attaque. Le TDB a examiné l'offre Fisher, qui a ensuite été désignée sous le nom de « 3-Inch Gun Motor Carriage T35 », et l'a trouvée manquante dans certains domaines clés. Des révisions ont été ordonnées qui comprenaient une tourelle inclinée modifiée qui offrait une plus grande protection balistique ainsi qu'une cible plus basse pour l'ennemi. Les changements ont été institués pour devenir le prototype "3-Inch Gun Motor Carriage T35E1" qui arborait la nouvelle tourelle angulaire à toit ouvert que nous connaissons aujourd'hui pour le M10. L'approche à toit ouvert était une pratique acceptée pour de tels véhicules car elle laissait suffisamment d'espace pour que l'équipage de tir puisse gérer les fonctions de tir tout en offrant une vision claire dans l'observation du champ de bataille et en économisant le poids du blindage supplémentaire. Seul le conducteur serait assis dans un compartiment protégé des éléments et des dangers inhérents au champ de bataille.

Avec les changements de remorquage, la conception a été officiellement acceptée sous le nom de M10 GMC ("Gun Motor Carriage") en juin 1942. La production devait commencer en septembre et, à cette époque, la gamme de chars M4 Sherman avait évolué au point de produire un nouveau châssis - le M4A3. Il a été accepté que ce nouveau châssis formerait également le châssis de la toute nouvelle variante M10A1. Quelque 5 000 M10 ont été produits - 4 993 d'entre eux de la courte période de septembre 1942 à décembre 1942 - tandis que 1 700 autres M10A1 les ont rapidement rejoints. Les premiers lots stockaient les inventaires des bataillons de chars en attente de l'armée américaine qui comptaient 106 éléments au début de 1943 et chaque véhicule arborait le canon M7 de 76,2 mm. 36 véhicules M10 approvisionnés chaque bataillon américain. Les 300 derniers véhicules ont reçu le canon de 76 mm M1 avec des qualités de pénétration améliorées par rapport au M7 d'origine. La famille M10 deviendrait le chasseur de chars américain le plus produit de toute la guerre avec une fabrication allant de 1942 à 1943 dans les usines de véhicules General Motors et Ford.

Extérieurement, le M10 présentait une apparence conventionnelle, à l'exception des lignes nettes et nettes de la coque et de la tourelle. La coque n'était rien de plus qu'un corps Sherman M4 modifié avec des panneaux latéraux légèrement inclinés et une plaque de glacis inclinée de grande surface. Les systèmes de chenilles étaient décidément Sherman dans leur longueur et leur apparence mince. Le pignon d'entraînement était maintenu vers l'avant avec le galet tendeur à l'arrière. Il y avait six roues de route à pneus en caoutchouc sur un côté de la piste, chacune jumelée à leurs systèmes de suspension respectifs. Le châssis était suspendu par un système de suspension à ressort à volute verticale (VVSS) comme dans les modèles M4 Sherman. La tourelle était centrée le long du toit de la superstructure avec une traversée complète à 360 degrés, tout à fait différente des chasseurs de chars allemands qui utilisaient des superstructures fixes et des canons principaux à traversée limitée. Cependant, la rotation de la tourelle était entièrement manuelle et, en pratique, plutôt lente pour répondre aux scénarios de bataille en évolution rapide. Les côtés de la tourelle étaient extrêmement anguleux dans leur apparence tandis qu'un lourd masque de canon était posé sur la base principale du support du canon. Le canon s'étendait loin devant l'avant de la coque et aucun frein de bouche n'était installé. La tourelle était à toit ouvert, ce qui permettait à l'équipage d'artillerie le maximum d'espace d'exploitation possible. Comme dans le M4 Sherman, le M10 était piloté par cinq personnes. Cela comprenait le pilote situé à l'avant gauche de la coque. Le commandant était placé dans la tourelle tandis que l'action de tir était gérée par trois équipes d'artillerie - une couchette de canons et deux gestionnaires de munitions.

Le M10 était propulsé par un moteur General Motors GM6046 6-71 Twin Diesel développant 375 chevaux. Cela a permis au véhicule d'atteindre une vitesse de pointe de 30 milles à l'heure sur des routes plates et une autonomie opérationnelle de 200 milles. Ces deux chiffres étaient bons compte tenu du poids du véhicule enregistrant près de 30 tonnes. Le modèle de production M10A1 différait non seulement par le châssis M4 Sherman utilisé, mais également par l'installation d'un moteur à essence Ford GAA. Dans les deux versions, le moteur était installé dans un compartiment arrière (comme dans le M4 Sherman). Commodité des pièces pour une bonne logistique.

L'armement principal des M10 américains était le canon principal 76,2 mm Gun M7 (les versions ultérieures installaient la série améliorée 76 mm M1). Bien que manquant des capacités de pénétration de systèmes allemands (75 mm), soviétiques et britanniques similaires, le système d'arme était généralement efficace. Jusqu'à 54 projectiles de munitions de 76,2 mm ont été transportés à bord. L'armement secondaire était la mitrailleuse lourde Browning M2HB de calibre 0,50, adaptée au marquage des cibles, à l'engagement du personnel et des véhicules légers ennemis ou à la défense contre les avions ennemis volant à basse altitude.

Une fois disponibles en nombre, les deux versions du chasseur de chars américain ont été expédiées outre-mer à des éléments de l'armée britannique en attente. Comme les ressources et la puissance industrielle britanniques étaient à leur limite avec d'autres préoccupations, l'Amérique a fini par fournir une grande partie du muscle militaro-industriel tout au long de la guerre. Le M10 était connu des Britanniques sous sa forme de base sous le nom de "Wolverine" et le "Achilles" est devenu une variante adaptée au canon principal britannique de 17-pdr (76,2 mm) utilisé sur les conversions de tueurs de chars britanniques Sherman "Firefly". L'utilisation d'une arme éprouvée produite localement était logique d'un point de vue logistique et a beaucoup contribué à augmenter la létalité du produit américain d'origine. Cette version a été facilement identifiée par l'ajout d'un frein de bouche au canon et est disponible en deux variantes - l'Achilles Mk IC (M10) à moteur diesel et l'Achilles Mk IIC à essence (M10A1). En fin de compte, ce sont les variantes armées britanniques de 17 livres qui se sont avérées les M10 les plus efficaces de la guerre.

Les M10 sont entrés en guerre avec l'armée britannique à travers la France et l'Italie où ils se sont avérés efficaces. Les forces françaises libres ont également utilisé le type dans leur tentative de reprendre leurs terres au contrôle allemand. Après la capitulation de l'Italie en tant que puissance de l'Axe en septembre 1943, elle aussi a utilisé le système omniprésent M10 pendant toute la guerre dans sa lutte pour retirer les forces allemandes de ses frontières. L'armée polonaise a reçu le M10 et l'a consciencieusement utilisé contre ses envahisseurs allemands avec enthousiasme. L'armée soviétique a également pris livraison de M10 via le prêt-bail, mais on ignore la valeur de ces systèmes dans les combats ultérieurs contre les Allemands le long du front de l'Est.

Dans la pratique, le M10 était un véhicule gros et lourd et a subi le sort de la plupart des chasseurs de chars américains - il était légèrement blindé et était donc une cible facile sur le champ de bataille. Le manque de couverture aérienne pour l'équipage d'artillerie a également entretenu la perspective de blessures causées par des aérosols d'artillerie ou des tirs d'armes légères. Ce n'est qu'après avoir acquis suffisamment d'expérience opérationnelle que l'idée de groupes de chasseurs de chars distincts opérant en dehors des chars de combat a été jugée inefficace - essentiellement, il a été estimé qu'un char de combat dédié était nécessaire pour combattre un char de combat ennemi. Cela a conduit les groupes de chasseurs de chars américains à être davantage utilisés dans le rôle d'assaut utilisé conjointement avec les forces d'appui aérien et de reconnaissance ou affectés directement dans le cadre de groupes de chars de combat. Son canon principal de 76,2 mm s'est également avéré de moins en moins efficace à mesure que la guerre s'éternisait avec l'amélioration du blindage allemand. À la fin de la guerre en 1945, le concept du chasseur de chars dédié a été abandonné par la plupart des grandes puissances militaires, y compris les États-Unis - les chars pouvaient désormais vaincre les chars ennemis de front sans avoir besoin de tels véhicules dédiés.

En octobre 1942, on a pensé à "up-gunner" le M10 avec un canon à grande vitesse de 90 mm basé sur un canon de campagne antichar éprouvé. Cependant, la tourelle du M10 avait déjà prouvé que le montage existant de 76,2 mm était suffisant pour dépasser les forces recommandées. Les évaluations qui ont suivi ont renforcé l'idée que le M10 était une « impasse » de développement en termes de canon plus efficace qui a conduit à la création d'un système similaire - le « T71 GMC » expérimental. Le T71 a passé sa période d'évaluation et a été lancé en production à la fin de 1943, devenant disponible en plus grand nombre en juin 1944 - à quel point il était maintenant connu sous le nom de M36 GMC (surnommé "Jackson" ou "Slugger").

Les premières actions de combat du M10 - ainsi que du légendaire char M4 Sherman d'ailleurs - ont eu lieu dans la campagne d'Afrique du Nord où le corps allemand Afrika, à un moment donné, a maintenu toute l'initiative. Le M10 a tiré ses premiers coups de colère dans des actions à travers la Tunisie en 1943, où il s'est avéré une conception solide contre les chars de l'Axe déployés à l'époque - des chars moyens italiens légèrement armés et les chars moyens allemands Panzer III et Panzer IV. En Europe, les M10 ont participé à la percée de la Normandie après le débarquement du jour J, mais ont eu du mal contre les nouveaux chars allemands des séries Panther et Tiger I qui offraient une protection beaucoup plus blindée - en particulier le long de leurs faces avant. L'arrivée de la nouvelle série M18 "Hellcat" a renforcé la puissance de feu des chasseurs de chars alliés pour l'intérim, mais le véritable remplacement est venu à la fin de 1944 lorsque les M36 susmentionnés ont vu le jour. Le M36 était beaucoup plus efficace contre les dernières offres de chars allemands. Dans une mesure limitée et moins favorable, les M10 ont également servi dans les campagnes d'îles en île du Pacifique. Comme les Japonais manquaient généralement de chars moyens compétents, le M4 Sherman était le principal pur-sang du théâtre. La plupart des combats dans le Pacifique étaient néanmoins décidés par le soldat individuel et pas tant par le char.

Dans le monde d'après-guerre, les M10 ont réussi une existence prolongée alors que les M10 excédentaires ont été acheminés vers la Chine. Ceux-ci ont été livrés sans leurs canons principaux américains, ce qui a permis aux Chinois de monter à la place des canons de campagne japonais de 105 mm capturés. Essentiellement, ceux-ci sont devenus des plates-formes d'artillerie automotrices de fortune d'une certaine valeur pour l'armée chinoise en convalescence.


Carriage moteur canon 90mm M36B1 + FOTOLEPTANÉ DÍLY - 1:35 - Italeri

Plastikový modèle tanku 90mm Gun Motor Carriage M36B1 včetně podrobného návodu k sesstavení. detailní popis

Attelage de canon 90mm M36B1 + FOTOLEPTANÉ DÍLY - 1:35

Americký stíhač tanků M36 byl vyvinut během druhé světové války, aby doplnil zbraňový arzenál Spojenců a dal jim účinnou odpověď na německé obrněné útočné stroje stroje jako panther a dal jim účinnou odpověď na německé obrněné útočné stroje stroje jako panther a dal jim účinnou odpověď na německé obrněné útočné stroje stroje jako panther a dal jim účinnou odpověď na německé obrněné útočné stroje stroje jako Útočné schopnosti M36 vycházely z 90mm děla M3, které bylo lepší než 76mm kanón používaný u předchozího M10 se stejnou korbou. M36B1 bylo potom nouzové ešení, ke kterému Američané přikročili kvůli nedostatku koreb: z toho důvodu bylo rozhodnuto, e se věž M36 nasadí na korbu tanku Sherman M4A3. Podobně jako u všech ostatních amerických stíhačů tanků měla jeho věž otevřený vršek, aby se tak při bitvě maximálně zvětšilo zorné pole posádky. Jak účinný M36B1 byl, dokazuje jeho dlouhá operační služba. I po druhé světové válce ho používala řada armád. V 80. letech se zúčastnil mj. také irácko-íránské valky a v 90. letech také valky na Balkáně. Některé z nich dokonce ukořistila irácká armáda při válce contre Iráku contre roce 2003.

Informations sur le modèle :
DÍLY Z FOTOLEPTANÉHO KOVU A NOVÉ SLEPITELNÉ POJEZDOVÉ PÁSY

Schéma de Barevné (Doporučené barvy Italeri) :
- 4675AP, 4679AP, 4728AP, 4861AP

Modèle détaillé :
Měřítko : 1:35
Délka : 213 mm
Obtížnost: 4


M36驅逐戰車

在德軍的豹式戰車,虎式戰車等重型戰車出現後,美軍的標準驅逐戰車M10狼獾很快就被證明過時了,因為它的76mm主炮在500m以外很難擊穿這些新式戰車的裝甲。幸而,這些情況早已被預見。在1942年夏季,美軍的工程師就開始研製一款新型的安裝90公厘戰車炮的驅逐戰車。這比西線的盟軍與虎1943年早期的突尼斯,而這次戰役直接導致了凱賽林隘口戰役的爆發),比??T53 90公厘火炮載具,T53的設計是採用M4中戰車砲塔搭配開放式炮架,該設計在1942年8月完成。美軍曾計畫讓T53進入量產,並與廠商敲定了500輛的合約,最終量產總數為3,500輛,但驅逐戰車司令部指揮官反對這個決策,他們認為T53的設計未竟理想,T53因此未進入制式編號階段。驅逐戰車司令部的意見在後續測試時也一語成讖,T53的操作性能不甚良好,而改良後的T53E1性能則更糟,這讓美軍終止了T53的開發。

1942年10月,美國陸軍軍械局再度嘗試將T7型90公厘戰車炮裝設在M4中戰車底盤上,但是這個構想被驅逐戰車司令部指揮官 安德魯·戴維斯·布魯斯 ( 英语Andrew Davis Bruce 所反對,因為他認為M18驅逐戰車才是理想的驅逐戰車構型,即便如此軍械局卻忽視了他的反應而繼續研發計畫。

1943年3月,第一輛M36驅逐戰車的原型車完成。它在一輛M10A1的底盤上安裝了一個新的炮塔,使得它可以安裝90mm火炮。 [1] 對軍械局工程師來講,在M10的開敞式戰鬥室裝入90公厘炮不是難事,但90公厘戰車砲較75公厘戰車砲增加了132公斤,並不適合以75公厘戰車砲為基礎的M10驅逐戰90公厘炮設計了一座新炮塔,砲塔實際開發廠商為雪佛蘭,同時也決定採用福特公司製造的M10A1驅逐戰車底盤,1943年9月2輛原型車完成,被命名為“T71火炮載具”(英語: Chariot de moteur d'arme à feu T71 ),在此同時,因為裝設90公厘戰車砲的新型戰車已經進入測評,因此T71曾一度可能終止計畫,但美國陸軍在1943年10月仍將計畫被納入量產測評之T71的研發,但軍械局的意見此時勝出,理由並非因為反裝甲作戰,而是因為90公厘砲對於摧毀德軍防禦工事有著優秀??

在完成測試后,美軍訂購了300輛,也由於當時已經有許多完成的M10A1驅逐戰車底盤,降低了量產成本。在投入量産後,1944年6月,被更名為"M36 90mm火炮載具”(英語: Chariot de moteur de canon de 90 mm M36 )。美軍軍械局當時的建議是量產10個驅逐戰車營,並用於替換M10驅逐戰車。

M36訂單的增長衍生出新的問題:美軍沒有足夠的M10A1驅逐戰車底盤可供轉用,當時完成的1,413輛M10A1中,只有913輛留在美國本土訓練可供轉用,將既有底盤訂單與現役車輛移用仍無法滿足美軍需求。因此美軍將M4A3中戰車的底盤挪用給M36量產線配備,使用M4A3底盤的M36後定名為M36B1,自1944年10月至12月量產187輛。美軍在這期間仍持續從國內代工廠尋找到量產的M10A1底盤,包括梅希哈里斯公司在1944年6月至12月間量產的500輛新底盤、美國機車公司在1944年10月至12月間從現役車中抽調改裝了413輛,滿足了在1944年預定的1400輛產能計畫。兩種底盤型號均在戰爭期間使用。最後一批使用M10A1底盤的M36是加拿大蒙特婁機車廠(美國機車公司的子公司)在1945年5月生產,總數有200輛。

至1945年時,M10A1驅逐戰車已經停產,美軍只能擴大將M10驅逐戰車也納入改裝計畫序列,這批由M10驅逐戰車底盤改造的型號稱為M36B21945年5月美國機車公司與美軍簽訂672輛M36B2改裝合約,至5月底蒙特婁機車廠也加入增改製造52輛,這2,324輛構成所有M36驅逐戰車家族。

编辑

编辑

在1944年7月6日,歐洲戰區的美國陸軍司令部已向國內通知需求,希望獲得足額的M36全數汰換當時位於歐陸戰場的M10驅逐戰車營。第一批40輛M36在1944年9月出廠,但是它們留在國內作為教練車,在歐洲的美國陸軍第十二軍團則要求麾下42個驅逐戰車營中至少有20個營需要改裝M36;第二批次的M36開始配備給美國陸軍第一軍團與 美國陸軍第九軍團 ( 英语 : Neuvième armée des États-Unis ) 所屬裝甲師麾下之驅逐戰車營。1944年9月,由第703驅逐戰車營換裝M36;美國陸軍第三軍團1944年9月25日換裝,換裝單位是第610驅逐戰車營。首批換裝單位多半在義大利戰場交火,實際得到1944年11月,這種戰車才被投入西歐戰場,至1944年底已經有7個驅逐戰車營完成換裝,1945年1月時,歐洲戰場的美軍驅逐戰車營已完成17個營換裝(西歐6個、第12軍團5個、第6軍團6個),到二戰結束前大部分使用M10驅逐戰車的單位都已完成換裝。

M36配備後其性能獲得前線官兵的一致擁戴,90公厘炮可以有效地在遠距離擊殺各種德軍戰車, [1] 在歐洲戰場的第810驅逐戰車營操作的M36曾有在4,600碼(4.2公里,M36配備的M76D直射瞄準鏡最遠可測量距離)擊毀豹式戰車的紀錄,雖然大部分擊殺是在是在800碼距離內,超過了800碼,仍然很難擊穿。 [2] )在1945年對德國的戰爭中,M36發揮了重要作用 [3]

编辑

M36並沒有轉售給美國盟邦,而多半採取退役封存, [3] 同時美軍裝甲部隊有著同樣配備90公厘炮但有更厚重裝甲的M26潘興戰車,因此, M36就顯得落伍了。 [2] 但是在韓戰初期由於M26機動性能不夠好且數量不夠多,有著同等火力但機動力較有優勢的M36再度啟用,它的主炮仍舊能夠擊毀戰場上的所有蘇製戰車;韓戰中操作的M36與當時不少的戰車一樣進行改良,而M36的主要改良項目是在副駕駛的位置上安裝了一門配有球型防盾的自衛機槍。美軍除了自己配備的M36外,也提供給大韓民國陸軍裝甲兵M36強化韓軍裝甲戰力。


Maquette char 6538 - 90mm Gun Motor Carriage M36B1 (1:35)

Informations sur l'origine :
Americký stíhač tanků M36 byl vyvinut během druhé světové války, aby doplnil zbraňový arzenál Spojenců a dal jim účinnou odpověď na německé obrněné útočné stroje stroje jako panther a dal jim účinnou odpověď na německé obrněné útočné stroje stroje jako panther a dal jim účinnou odpověď na německé obrněné útočné stroje stroje jako panther a pale Útočné schopnosti M36 vycházely z 90mm děla M3, které bylo lepší než 76mm kanón používaný u předchozího M10 se stejnou korbou. M36B1 bylo potom nouzové řešení, ke kterému Američané přikročili kvůli nedostatku koreb: z toho důvodu bylo rozhodnuto, e se věž M36 nasadí na korbu tanku Sherman M4A3. Podobně jako u všech ostatních amerických stíhačů tanků měla jeho věž otevřený vršek, aby se tak při bitvě maximálně zvětšilo zorné pole posádky. Jak účinný M36B1 byl, dokazuje jeho dlouhá operační služba. I po druhé světové válce ho používala řada armád. V 80. letech se zúčastnil mj. také irácko-íránské valky a v 90. letech také valky na Balkáně. Některé z nich dokonce ukořistila irácká armáda při válce contre Iráku contre roce 2003.

Informations sur le modèle :
DÍLY Z FOTOLEPTANÉHO KOVU A NOVÉ SLEPITELNÉ POJEZDOVÉ PÁSY

Schéma de Barevné (Doporučené barvy Italeri) :
- 4675AP, 4679AP, 4728AP, 4861AP

Modèle détaillé :
Měřítko : 1:35
Délka : 213 mm
Obtížnost: 4

Doporučeno pro děti od 14 let.

Upozornění : Nebezpečí udušení ! Výrobek obsahuje malé části. NEVHODNÉ PRO DĚTI DO 3 LET !


#14 Principales armes : des choses qui font exploser, certaines plus grosses que d'autres, mais aucune mauvaise

TLe char Sherman et son châssis abritaient une variété de canons. La plupart avaient le canon M3 de 75 mm ou le canon M1A1 de 76 mm, mais beaucoup étaient également équipés du canon britannique de 17 livres, du M3 90 mm, du canon AT de 3 pouces et de l'obusier M2/M4 de 105 mm. Je vais couvrir chacun ci-dessous.

Le canon M3 75 mm : quand il première scie combattre, il était un super canon de char

TLe canon M3 de 75 mm était un excellent canon de char à l'époque où le Sherman a été présenté pour la première fois au combat et était basé sur un canon de campagne français très apprécié de la Première Guerre mondiale. Lorsqu'il a vu le combat pour la première fois, il pouvait percer n'importe quel char allemand auquel il faisait face, sous n'importe quel angle. C'est un mythe que le Sherman n'a été conçu que pour soutenir l'infanterie, même si son rôle principal n'était pas anti-blindage, il était toujours conçu pour affronter d'autres chars. Le canon a également bien fonctionné dans le rôle de soutien d'infanterie, avec un obus fumigène HE et WP efficace et un obus à cartouche. Ce canon avait une cadence de tir très élevée dans le Sherman (20 tr/min) et était couplé à un système de stabilisation de base. Ce système ne permettait pas de tirer avec précision en mouvement, mais permettait de placer les viseurs et le canon plus rapidement sur la cible lorsque le char s'arrêtait pour tirer. Aucun char de la Seconde Guerre mondiale ne pouvait tirer en mouvement avec une chance réelle d'atteindre même une cible stationnaire de la taille d'un char. Avec une cadence de tir de vingt coups par minute, le Sherman pouvait pomper beaucoup d'HE pour soutenir l'infanterie, et il n'était pas rare que les chars soient utilisés comme artillerie. Le char Sherman était équipé de tout l'équipement pour servir d'artillerie si nécessaire et était une occurrence régulière dans le MTO, moins dans l'ETO.

SLes chars Herman avec le canon de 75 mm transportaient entre 104 et 97 cartouches de munitions pour canon principal. Seulement 10 à 15% de ces munitions étaient AP, c'est à quel point les autres armures étaient rares, HE constituerait la majorité du reste de la charge, avec peut-être 10 à 15% de fumée WP, car c'était aussi un obus quelque peu destructeur , car il provoquait des incendies et le WP lorsqu'il atterrissait sur une personne était difficile à éteindre. Il y avait aussi une coque de bidon, mais je pense qu'elle n'était utilisée que dans la prise de force. La cadence de tir du canon est un peu trompeuse, car selon le Sherman, vous auriez entre 6 et 12 obus prêts, plus sur les tout premiers Sherman avec des obus prêts autour de la base du panier de la tourelle. Une fois que les obus prêts ont été tirés, et souvent, les obus prêts sont de toute façon gardés en réserve, pour faire face aux menaces inattendues. Wet Shermans avait une boîte blindée de 6 cartouches montée dans la tourelle, le reste des munitions était dans des boîtes blindées sous le sol. La plupart des chars humides avaient un panier demi-tourelle ou pas du tout. C'était un problème commun à presque tous les chars.

TLe canon M3 de 75 mm était si apprécié que les Britanniques ont essentiellement fini par convertir de nombreux QF 6 livres pour tirer le même obus, tiré avec essentiellement la même balistique, avec l'avantage de ne pas avoir besoin de modifier le support actuel des chars. Le WF 6 livres était un meilleur canon AT, mais son obus HE n'était pas très bon. La cartouche M48 HE utilisée par le m3 75 mm contenait 1,5 livre de TNT, et comme le Sherman pouvait les tirer rapidement et que l'obus était assez pratique, il est facile de comprendre pourquoi le canon était bon pour le soutien de l'infanterie. It really only lacked the ability to pen the frontal armor of the German Tiger and Panther, but those tanks were rare enough, or easy enough to get side shots on, the 75 did the job, and did it the whole war since the 76mm armed Shermans never totaled more than 53% of the Sherman force in Europe. The M3 75mm gets a lot of flak thrown at it by ignorant people who think it was a low-velocity gun that could not penetrate armor. These people must be confusing it with the German KwK 37 L/24 75mm gun that armed the first versions of the Panzer IV.

75mm M3 spec booklet MK VI Download.

The M1/M1A1/M1A2 76mm gun: Made by Oldsmobile, It Was Not a Great Gun, mais Did the Job

The M1 series of 76 mm guns went into production before the US Army had any idea of German heavy tanks or the Panther. They were just looking ahead, to keep the Sherman as good a combat weapon as possible, and to stay ahead in the arms race. They had the 3-inch AT gun on hand and had used it in the M6 and M10, but it was really too bulky to work in a medium tank turret. The Army decided to design a gun with the same ballistics, but in a much lighter, and less bulky package, in doing so the M1 gun was born. The gun overhung the front of the Sherman a lot so the Army decided to shorten it over a foot. It still seemed to match the ballistics of the 3-inch AT gun though guns with the shorter barrel were designated M1A1 guns. The first three hundred or so guns produced by Oldsmobile lacked muzzle brakes or the threads to install them. Gun’s produced after that had the threads and a protective cap over them so a brake could be installed later. The final variant of the gun was the M1A2, installed in late production 76mm Shermans, this gun always had the muzzle brake, but had a slightly different barrel, with a minor change to the rifling twist.

M4A1 76W with the unthreaded M1A1 gun

Much of the later large hatch hull tanks were produced with a larger turret to accommodate the M1 family of 76mm guns. This turret came on M4A1s, M4A2s, and M4A3 tanks. The M1A1 on the early tanks, like the M4A1 76 w tanks used in Operation Cobra, came without muzzle brakes. When firing during dusty -conditions the view of the target would be obscured by dust stirred up from the guns blast, the fix for this was for the commander or another crewman to stand away from the tank and talk to the crew over the intercom, via a long wire, and correct the shots onto the target. Not a great fix…The final fix was muzzle brakes it took a little while for supply to catch up with demand but they were showing up on Shermans in Europe by late 44, and by March they seemed to be in stock and showing up on tanks that had the protective cap before.

UNEnother problem was the gun was not a huge improvement over the M3 75mm as a tank killer, and was not as good as an HE thrower. As mentioned before, several tank divisions didn’t want the improved Shermans at first. The penetration problem would be partially solved with HVAP ammunition, but by the time it was common, German tanks to use it on were not. Post-war, ammunition would be further improved and there would be no shortage of HVAP ammo in Korea, so the US Army would soldier on with the gun, in its final improved form, the M1A2.

The M1 series of guns were also stabilized when installed in the Sherman, but it was the same system used with the 75mm gun, offering limited advantages. The Nazi Germans never fielded a stabilization system of any kind on their tanks. Tanks with the M1 and M1A1 guns carried 71 main gun rounds in wet storage racks under the floor, with an armored 6 round ready rack on the turret floor.

M1-M1A1-M1A2 guns 76.2mm Sherman Tank Gun PDF file.

The M3 90mm Gun: The Most Powerful AT Gun the US used During the War.

The US M3 90mm tank gun started out life as an AA gun, a very good AA gun, unlike the very overrated Flak 18/36/37. As the AA gun was developed, its mount gained the ability to be used against ground targets, with up to -10 degrees depression. The ballistic performance on the gun was good, but what really made the AA gun shine was the AA gun system that incorporated Radar, and proximity fuses, sci-fi tech to the Germans, but pretty typical American technology for the time, it was the best land-based AA gun system of the war. Contrary to some claims, it was pretty rare for US 90mm AA guns to be used in the direct fire role. The US Army was rarely desperate enough to have to resort to such tactics.

When the US Army started looking into a bigger AT gun than the 3-inch, the M1/M2 90mm AA gun was a natural choice. The tank-mounted weapon would be designated the M3, and with a barrel threaded for a muzzle brake, the M3A1. When tested against the British 17 pounder gun, the M3 had slightly inferior performance but was more accurate. The US Army preferred the 90mm over the 17-pounder for various reasons, the biggest being it didn’t have scary flashback out of the breach on firing, making it seem like a somewhat shoddy design. The 90mm M3 would soldier on the in the M26/46 tanks but would be replaced by improved 90mm guns on the M47 and M48.

As a dual-purpose tank gun, the M3 90mm was good. Its rounds were not too big for one man to handle. It had good AT performance and a more potent HE round than the M3 75mm gun. When installed on the M36 Tank Destroyer, it was able to deal with the rare heavily armored German threat, if the regular Shermans hadn’t already killed it by the time the M36 got there. Since the gun was not overly hot, it didn’t wear barrels out fast, so it could still be used in an artillery role.

The 3-Inch AT gun: An Old AA Gun Finds a New Use

The 3inch AT gun started out life as a AA gun. It was still being used as one for the first half of the war. It was a natural choice as an AT gun since it was being replaced by the M1/2/3 90mm AA gun system. The gun was large, heavy, and bulky, and the M10 tank destroyer’s turret had to be rather large to fit it. They were also able to fit it in the T1/M6 Heavy tank, but it was clear it needed a redesign to fit in a smaller turret like the regular Sherman. This ultimately leads to the M1A1 gun discussed above.

There was also a towed AT gun version of this weapon, it was generally not well-liked. It was too big to move around easily by hand, hard to hide, and didn’t have great pen to work well as a fixed gun. At one point in the war, nearly half the Tank Destroyer Battalions were towed and equipped only with the towed guns and trucks to move them. These TD battalions had little luck, and some really got clobbered in the Battle of the bulge.

Ultimately this gun use was more about taking unused guns on hand and getting a decent AT weapon out the door fast, by using them for this new purpose. They were not perfect, and as towed weapons, even really good, but on a mobile platform like the M10 or even the M6 heavy tank they did the job well enough.

3 inch M7 Gun spec sheet PDF download

The M2/M4 105mm Howitzer: Artillery in a Sherman Package

The US 105mm M2/M4 howitzer was the biggest gun installed in the Sherman, the versions of the Sherman with this gun were developed to replace the M7 Priest, but never fully did so during WWII. They were used in the same role, or in limited direct support roles. These tanks did not have a stabilized gun or wet ammo racks but did have a large hatch hull. All 105 Sherman tanks, either M4 (105)s or M4A3 (105)s were produced exclusively by Chrysler. 105 tanks carried 66 rounds of main gun ammo, in dry ammo racks.

Sherman tanks equipped with the 105 often found themselves pooled with the others from the three companies of a battalion, with the two from the battalion HQ, so the Tank Battalion could have their own mini 105 battery on call. When working with their assigned company, they were often held in the back and supported the gun tank platoons with indirect or direct fire.

The 17 pounder gun: 76.2mm of British High-Velocity Boom Boom

The 17-pounder was developed to replace the 6-pounder, it was clear the 57mm 6-pounder wasn’t going to be able to handle tanks with thicker armor, but it stayed surprisingly relevant late into the war. The 17-pounder started development in the final months of 1940 and was going into prototype testing in late 1941. The first few AT guns were made by slapping the gun onto the 25 pounder carriage called the 17/25 pounder, and some were shipped to North Africa, to counter the supposed Tiger threat. The full production QF 17 pounder AT gun was available by the Italian Campaign.

American Test Firefly with 17 pounder

The main reason the gun was a better AT gun than the US M1A1 gun was the round had a lot more propellant behind the projectile and then the Brits came up with the super velocity discarding sabot round. This new round had very good penetration but had some serious accuracy problems. The accuracy problems with the SVDS ammo were not fully solved until after the war. The gun was intended for tank use, but the British Tanks meant for it had too many developmental problems, and were not going to be ready by Normandy landings, so the Sherman Firefly was born. See its own section for more info on these Shermans.

What’s left of an M4A3 75w on Iwo Jima

Sources: Armored Thunderbolt by Zaloga, Sherman by Hunnicutt, Combat Lessons, Archive Awareness, WWII Armor, Ballistics and Gunnery by Bird and Livingston, TM9-374 90mm Gun M3


Part I: The US Army Tests the Firefly, article by World of Tanks

There are various stories going around about how the US Army was foolish for not either buying 17pr guns from the British to implement into their M4s, or, if British and Canadian production wasn’t up to it, simply building the guns themselves. However, almost all the documentation on the matter is either speculative or unscientific. It seems to be rather difficult to find an honest, objective assessment of the various options of tank armament to replace the 75mm.

The commonly referred to tests conducted in Europe in the Summer of 1944 (See US Guns German Armor Part 1) were generally not very scientific “Let’s lob a few rounds at these Panthers we found and see what happens” type tests, and almost entirely focused on penetration characteristics which generally resulted in “17 pr may be somewhat better, but there is no practical achievement from that better” (i.e couldn’t reliably kill a Panther from the front any more than anything else).

Of course, there is far more to a proper, thorough test of a weapon system than field tests, and those tests are conducted at proving grounds. A review of such a more comprehensive series of tests may at least provide some understanding of US Army thinking on the matter, and if the US Army’s testing was valid, may allow one to consider the commonly heard refrain that Firefly Sherman was Best Sherman during the war.

A Firefly turret was made available to the United States Ordnance Department during the winter of 1943-44 and was tested at the Aberdeen Proving Ground against the 90mm Gun, M3, which at that time was emerging at the armament for Gun Motor Carriage M36, and was later to be mounted on Heavy Tank, T26E1 (the predecessor of Medium Tank, M26). As a result of these trials, the 17-pounder gun was considered by the Ordnance Department to be generally inferior to the 90mm gun.

Of course, that’s not entirely a fair test. The 90mm gun was being put into use as a tank destroyer, and in the next generation tank. But Firefly was being made to put the gun into the current generation tank. As a result, more testing would be required to find out just how good a solution it would be for Sherman compared to the route chosen by US Army Ordnance. It was also only a test by the Ordnance folks, not the end users. Shortly after the war ended Army Ground Forces instructed that such a test take place, although supply issues (not least the delivery of several hundred rounds of British ammunition) resulted in the testing in Fort Knox by Armored Force and Tank Destroyer Board not being complete and written up until August of 1946. By this stage, of course, there was no longer any question of if the Firefly should be considered as a useful variant of M4 for acquisition these were to be tests more focused on design features and its utility as an overall system to determine future tank design philosophy.

The vehicle as tested was the installation of the imported M4 17pr MkVII turret onto a standard M4A3 VVSS hull, so not a true Firefly conversion, but issues such as hull stowage were not really part of the tests and the merits of keeping the fifth crewman and bow gun were not debated. Three tank configurations were compared: The Firefly turret was compared with the M4(76) and M26.

The installations were comparatively rated on 21 characteristics. (If you are surprised by this number, ask yourself why. You think there isn’t something more to a tank gun than simply how accurate it is, how fast it shoots, and how much damage it does on the other end?) The report is quite long, so we’ll cover some of them in this article, and the rest over the next couple of weeks.

Without further ado, let’s go through the tests in the sequence as they appear.

Test 1: Handling and Loading Ammunition.

The rounds used, left to right: 76mm HVAP, HE, APC. 17pr SVDS, APC, HE, APCBC, 90mm HVAP, HE, APC.

Although the 17pr rounds are far from the longest, they are almost as wide as the 90mm rounds, making them the middleweight of the three. HE shells for the 76mm/17pr/90mm were 22.23/34.2/42.04 pounds, with the APC rounds at 24.8/37.5/43.87 and the supervelocity ammo being 18.9/28.41/36.25. Though the 17pr ammo was in excess of the proscribed US Army standards of the maximum weight a 3” caliber round should be, it wasn’t by much and the report noted that the round was not difficult to handle.

The problem of course is that handling the round isn’t the only issue. As the report stated:

Loading must be considered from the standpoint not only of weight and length of the round, but also loader’s working space. This space in the 17-pounder gun turret is particularly restricted, inasmuch as the loader must guide the projectile into the cutaway portion of the breech ring by movement in a horizontal plane in order for the base of the round to clear the rear of the recoil guard. In medium tank M26, the loader not being restricted by the recoil guard, is able to approach the breech with more latitude.[…] The advantage in weight and length of round of 17-pounder ammunition about equals the advantage of better working space in the 90mm gun turret, it is therefore concluded that ease of loading is substantially the same for both. In Medium Tank M4A3 with 76mm Gun M1A2, the advantage in weight and length of round, together with ample working space for the loader make ease of loading superior to the other two tanks

Test 2: Dispersion.

The purpose of this test was “to test the dispersion of various types of 17-pounder ammunition at ranges from 500 to 2,000 yards, and to compare the result with similar data computed from 76mm and 90mm ammunition”

This was done by setting up 6’x6’ canvas panels at 500 yard intervals, and firing ten-round groups at them.

Then they tried APCBC at 1,000 yards.

This successfully completed, they went back to the 500 yard target and fired SVDS.

Results were rated “poor”, with 8 rounds on target, and two sensed as being about 36” below the panel, but for the purposes of calculation they were presumed to have the same average deflection as the 8 rounds that were on target. Overall deflection was 2.35mil, 4.34mil elevation, with means of 0.5mil and 0.92mil respectively.

Then they tried at 1,000 yards. After firing 18 rounds trying to register, (Successive rounds with the same sight picture were observed as over, left, short) they decided to abandon further testing of the round except for armour penetration.

After firing the 28 rounds SVDS, they decided to go back to APCBC. However, the SVDS rounds had left duralumin fouling in the gun tube, and so before resuming the dispersion testing at range, they fired ten rounds of HE and then ten rounds of APCBC through the tube for the obscuration tests to clean it out. Given the observed results of the grouping (see “Phase B, below), they went back and fired another ten rounds of HE and APCBC. After the 40 rounds had been fired (Phase D), it was considered that the tube had returned to normal, (albeit at apparently a new zero) and the accuracy testing continued at 1,500 yards after an adjustment on the sights on a clean zero panel.

Figures for 1,500 yards and 2,000 yards were as follows. It is interesting to note that the size of the shot group was, in real terms, about the same as that at 1,000 yards, with a substantial increase at 2,000 yards. No explanation for this is offered in the report (It just reports test reports, not theories!), but the obvious thought from my unitiated mind is an oscillating trajectory caused by an unstable round which happens to have a wavelength which ‘zeros’ at about 1,500 yards. Of course, this is speculation on my part.

So, the average at all ranges was calculated to be 7.38mil/7.58mil overall, and means of .189mil and .205mil. The testing complete, they then dug into the records to find the test results of 90mm and 76mm guns.

Mean dispersions for deflection and elevation were .115mil/.142mil for the 90mm and .112 and .110 for the 76mm respectively.

It was thus concluded that a “comparison of data shows that the 17pounder gun has greater dispersion than either the 90mm gun or the 76mm gun


T53 90mm Gun Motor Carriage - History

TM 11-2701 1944 (Museum TD, Soesterberg/Corjan de Wit>>

  • TM 11-2702, 04/13/44. Installation of Radio and Interphone Equipment in Light Armored Car M8, 30 pages. PB 23458 - BSIR 2(2):97 07/05/46
  • TM 11-2703, 44. Installation of Radio and Interphone Equipment in Tank Recovery Vehicle T2, 27 pages. PB 78605 - BSIR 6(6):485 08/08/47.
  • TM 11-2704, 44. Installation of Radio and Interphone Equipment in Medium Tank M4 Series, 26 pages. PB 60520 - BSIR 4(12):1044 03/21/47

TM 11-2704 1944 (Museum TD, Soesterberg/Corjan de Wit>>

  • TM 11-2705, Installation of Radio and Interphone Equipment in Light Tank T9E1. War Dept. Apr. 1944. 11 p. U408.3.A13 TM 11-2705 Apr. 1944
  • TM 11-2706, Installation of Radio and Interphone Equipment in Medium tank M3. 27 May 44 ( per FM 21-6. U. of Idaho list is typo.)
  • TM 11-2707, Installation of Radio Equipment in Truck, 1/4 Ton, 4x4, Amphibian.
  • TM 11-2708, 44. Installation of Radio Equipment in Multiple Gun Motor Carriage M15, 13 pages. PB 78616 - BSIR 6(7):583 08/15/47.
  • TM 11-2709, 06/26/44. Installation of Radio Equipment in Truck, 2 1/2-ton, 6x6, Cargo, 25 pages. PB 23459 - BSIR 2(2):97 07/12/46
  • TM 11-2710, 07/22/44. Installation of Radio Equipment in Truck, 3/4-ton, 4x4, Carryall, 58 pages. PB 23460 - BSIR 2(2):97 07/12/46

TM 11-2710 1944 (Museum TD, Soesterberg NL/Corjan de Wit) See also DODGE 3/4-TON 4 X 2 WC 51 through WC-60

  • TM 11-2711,Installation of Radio Equipment in Carrier, Personnel, Half-Track, M5 or M5A1, 25 pages. PB 23461 - BSIR 2(4):251 07/26/46.
  • TM 11-2712, 44. Installation of Radio Equipment in Multiple Gun Motor Carriage M13, M14, M16, or M17, 11 pages. PB 78617 - BSIR 6(7):583 08/15/47

TM 11-2712 1944 (Museum TD, Soesterberg NL/Corjan de Wit)

  • TM 11-2713, Installation of Radio Equipment in Light Tank M3. U408.3.A13
  • TM 11-2714, 44. Installation of Radio Equipment in Carrier, Personnel, Half-Track, M3, 40 pages. PB 23462 - BSIR 2(2):87 07/05/46

TM 11-2714 1944 (Museum TD, Soesterberg NL/Corjan de Wit>

  • TM 11-2715, Installation of Radio Equipment in Truck, 1/4-ton, 4x4, 78 pages, Sep.30, 1944 PB 23463 - BSIR 2(4):251

TM 11-2715 1944 (Museum TD, Soesterg, NL (Corjan de Wit) See 1/4-Ton 4x4 Truck (Willys-Overland Model MB and FORD Model GPW

TM 11-2715 C1 + C2 (Museum TD, Soesterg, NL (Corjan de Wit)

  • TM 11-2716, 44. Installation of Radio Equipment in Armored Utility Car M20, 29 pages. PB 80912 - BSIR 7(1):35 10/03/47,
  • TM 11-2717, 44. Installation of Radio and Interphone Equipment in Car, Scout, M3A1, 68 pages. PB 23464 - BSIR 2(4):251 07/26/46

TM 11-2717 1944 (Museum TD, Soesterberg NL/Corjan de Wit>> See: M 3 Scout Car (all variants)

  • TM 11-2718, 45. Installation of Radio and Facsimile Equipment in Car, Half-Track M2A1, 54 pages. PB 23465 - BSIR 2(4):251 07/26/46
  • TM 11-2719, Installation of Radio Equipment in Car Halftrack, M9A1.
  • TM 11-2720, 44. Installation of Radio and Interphone Equipment in Light Tanks M5 and M5A1, 58 pages. PB 80927 - BSIR 7(1):34 10/03/47
  • TM 11-2721, 45. Installation of Radio and Facsimile Equipment in Carrier, Personnel, Half-Track, M3A1, 49 pages. PB 23466 - BSIR 2(4):251 07/26/46

TM 11-2721 1945 (Museum TD, Soesterberg NL/Corjan de Wit) See: M 3 Halftrack (all variants)

  • TM 11-2722, Installation of Radio Equipment, and Facsimile Equipment in car Halftrack M3A2
  • TM 11-2723, 45. Installation of Radio and Interphone Equipment in Carriage, Motor, 3-inch Gun, M10 and M10A1, 25 pages. PB 80901 - BSIR 7(1):34 10/03/47,
  • TM 11-2724, 45. Installation of Radio and Interphone Equipment in Carriage, Motor, 76-mm Gun, M18, 18 pages. PB 80918 - BSIR 7(1):34 10/03/47

TM 11-2724 1945 (Museum TD, Soesterberg NL/Corjan de Wit) See: M 18 Carriage, Motor, 76-MM Gun

  • TM 11-2725, 45. Installation of Radio Equipment in Truck, 3/4-ton, 4x4, Weapon Carrier, 68 pages. PB 80902 - BSIR 7(1):35 10/03/47

TM 11-2725 1945 (Museum TD, Soesterberg NL/Corjan de Wit) See also DODGE 3/4-TON 4 X 2 WC 51 through WC-60

  • TM 11-2726, Installation of Radio and Facsimile Equipment in Truck, 3/4-ton, 4x4, Command Reconnaissance, 58 pages, March 10, 1945 PB 23467 - BSIR 2(4):251

TM 11-2726 1945 (Museum TD, Soesterg, NL (Corjan de Wit). See also DODGE 3/4-TON 4 X 2 WC 51 through WC-60

  • TM 11-2727, 45. Installation of Radio and Interphone Equipment in Carriage, Motor, 75-mm Howitzer, M8, 27 pages. PB 80920 - BSIR 7(1):34 10/03/47,
  • TM 11-2728,
  • TM 11-2729,
  • TM 11-2730, 45. Installation of Radio and Interphone Equipment in Tank, Medium, T23, 40 pages. PB 80905 - BSIR 7(1):35 10/03/47 Note: With Change 1, 6 March 1945
  • TM 11-2731, 45. Installation of Radio and Interphone Equipment in Carriage, Motor, 90-mm Gun, M36, M36B1, and M36B2, 58 pages. PB 80919 - BSIR 7(1):34 10/03/47

TM 11-2731 1945 (Museum TD, Soesterberg NL/Corjan de Wit)

  • TM 11-2732, 45. Installation of Radio Equipment in Carrier 81-mm Mortar, Half-Track M21, 13 pages. PB 80906 - BSIR 7(1):35 10/03/47
  • TM 11-2733, 45. Installation of Radio Equipment in Carrier, Cargo, Light, M29 and M29C (Amphibian), 63 pages. PB 23468 - BSIR 2(3):166 07/19/46
  • TM 11-2734, 48. INSTALLATION OF RADIO AND INTERPHONE EQUIPMENT IN TANK RECOVERY VEHICLE M32-( ), 54 pages.06/07/48
  • TM 11-2735,
  • TM 11-2736,
  • TM 11-2737, 45. Installation of Radio Facsimile Equipment in Shelter HO-17-(), 18 pages. PB 23469 - BSIR 2(3):166 07/19/46
  • TM 11-2738, Installation of Radio Equipment, and Interphone Equipment in Heavy Tank M6
  • TM 11-2739, 45. Installation of Radio Equipment in Carriage, Motor, Combination Gun, M15A1, 17 pages. PB 80921 - BSIR 7(1):35 10/03/47,
  • TM 11-2740,
  • TM 11-2741, 47. Installation of Radio Equipment in Truck, 2 1/2 Ton 6x6 Amphibian. (DUKW) October 1947, 30 pages.
  • TM 11-2742,
  • TM 11-2743, 45. Installation of Radio Equipment in Truck, 1½-ton, 6x6, Personnel and Cargo, 27 pages. PB 23470 - BSIR 2(3):166 07/19/46
  • TM 11-2744,
  • TM 11-2745,
  • TM 11-2746, Installation of Radio Equipment in Light Tank M3A1
  • TM 11-2747,
  • TM 11-2748, 45. Installation of Radio and Interphone Equipment in Medium Tank M4A3 or M4A3E2, 75-mm Gun, Wet Stowage Medium Tank M4A1, M4A2, and M4A3, 76-MM Gun, Wet Stowage Medium Tank M4 or M4A3, 105-MM Howitzer, Jan.12, 1945

TM 11-2748 1945 + C2 (Incl. C2 of Jun.20, 1945 (Museum TD, Soesterberg/Corjan de Wit>>

  • TM 11-2748, 45. Installation of Radio and Interphone Equipment in Medium Tank M4A3 or M4A3E2, 75-mm Gun, Wet Stowage Medium Tank M4A1, M4A2, and M4A3, 105-mm Howitzer, 40 pages. PB 80907 - BSIR 7(1):34 10/03/47
  • TM 11-2749,
  • TM 11-2750,
  • TM 11-2751,
  • TM 11-2752, 45. Installation of Radio and Interphone Equipment in Vehicle, Landing, Tracked, (Armored), Mark I, LVT-(A)-1, 25 pages. PB 80922 - BSIR 7(1):35 10/03/47
  • TM 11-2753, 45. Installation of Radio and Interphone Equipment in Vehicle, Landing, Tracked, (Armored), Mark IV, LVT-(A)-4, 24 pages. PB 80923 - BSIR 7(1):35 10/03/47,
  • TM 11-2754, 45. Installation of Radio and Interphone Equipment in Tank, Light, M24, 45 pages. PB 80903 - BSIR 7(1):35 10/03/47
  • TM 11-2755, 45. Installation of Radio and Interphone Equipment in Vehicle, Landing, Tracked, (Unarmored), Mark III, LTV-3, 21 pages. PB 23472 - BSIR 2(3):166 07/19/46, (Note 3rd manual in this PDF)
  • TM 11-2756, 45. Installation of Radio and Interphone Equipment in Vehicle, Landing, Tracked, LVT-2, LVT-(A)-2, and LVT-4, 23 pages. PB 23471 - BSIR 2(3):166 07/19/46
  • TM 11-2757, 45. Installation of Radio and Interphone Equipment in Vehicle, Utility, Armored M39 (T41) or T41E1. War Dept. May 1945. 42 p. U408.3.A13 TM 11-2757 May 1945
  • TM 11-2758, Installation of Radio and Interphone Equipment in Tank, Medium, M26. Dept. of the Army. Nov. 1948. 49 p. U408.3.A13 TM 11-2758 Nov. 1948
  • TM 11-2759, 46. INSTALLATION OF RADIO EQUIPMENT IN TRUCK, TRACTOR, M26A1. 26 pages. 11/22/46
  • TM 11-2760, 47. INSTALLATION OF RADIO AND INTERPHONE EQUIPMENT IN CARRIAGE, MOTOR, 155-MM GUN M40 (T83) AND CARRIAGE, MOTOR, 8-INCH HOWITZER M43 (T89), 25 pages 05/13/47
  • TM 11-2761, 47. INSTALLATION OF INTERPHONE EQUIPMENT IN CARRIAGE, MOTOR, 105-MM HOWITZER M37, 11 pages. 09/23/47
  • TM 11-2762, 48. Installation of Radio and Interphone Equipment in Tank, Flame Thrower M43B1 and M42B3. Dept. of the Army. Mar. 1948. 36 p. U408.3.A13 TM 11-2762 Mar. 1948
  • TM 11-2763, 48. INSTALLATION OF RADIO AND INTERPHONE EQUIPMENT IN TANK, MEDIUM, M45, 45 pages. 12/03/48

Voir la vidéo: Commander ID300 Variateur intégré aux moteurs IMfinity